Le hasard ne favorise que les gens préparés.
Louis Pasteur

"Victoire par K.O."

Où l’on découvre qu’un savant n’arrête jamais de travailler, même pendant ses vacances.

Albert Edelfelt, Portrait de Louis Pasteur, 1885, huile sur toile, 155 x 127,5 cm, Musée d’Orsay, Paris

Octobre 1885. Un drame vient de frapper le village de Villers-Farlay dans le Jura. Un jeune berger de seize ans, Jean-Baptiste Jupille, a été mordu par un chien enragé. Or cette maladie est mortelle... Heureusement, un savant, installé à quelques kilomètres de là, pourrait peut-être le sauver.

Ce savant, c’est Louis Pasteur. Né à Dole 60 ans plus tôt, il travaille surtout à Paris. Mais il passe toutes ses vacances dans la maison familiale d’Arbois, où il aménage un laboratoire. Le calme lui permet de mener tranquillement ses recherches.

Coup de chance pour le berger Jupille : au moment de la morsure, Pasteur est justement à Arbois et travaille sur un vaccin contre la rage. Il l’a déjà testé une fois avec succès. Aussi, quand on lui emmène Jupille, il le vaccine à son tour.

C’est une réussite, le berger est sauvé ! Louis Pasteur a ainsi la preuve de l’efficacité de son procédé, qu’il peut déployer à grande échelle.

Aujourd’hui, la maison d’Arbois et son laboratoire sont ouverts au public. Mais Louis Pasteur n’est pas le seul à avoir marqué l’histoire de la région... La preuve dans cette leçon !

Musée de la Maison de Louis PASTEUR, Arbois / Photo : © CRT Bourgogne-Franche-Comté